André DEYRIEUX pour « Cinquante jours pour comprendre autrement le vin » (Ed. Ellipses).

Entretien avec André DEYRIEUX, pionnier de l’œnotourisme créateur du site www.winetourisminfrance.com. Il est consultant expert en valorisation des patrimoines œnoculturels et des vignobles. Il a précédemment publié « A la rencontre des cépages modestes et oubliés », couronné par un prix Livres en Vignes et par l’Organisation Internationale de la vigne et du Vin.

L’émission aborde différents aspects du monde du vin. Le vin est intimement lié à la religion et à l’histoire de notre pays. Il y a 10 000 cépages et variétés de vin dans le monde. Des cépages standards se sont imposés, certes, mais il ne faut pas oublier la richesse colossale d’autres cépages moins connus. L’ouvrage est tourné vers la France, et un deuxième tome est envisagé pour regarder vers le monde.

Pour écouter l’émission

 

Les vignobles sont-ils menacés en tant que patrimoines et notamment par le réchauffement climatique ? Il faut reconnaître ces patrimoines, les reconnaître et surtout les valoriser car ils sont menacés soit par des champs  d’éoliennes, soit par l’extension de zones artisanales ou industrielles. Il y avait des vignobles à Saint-Malo, et des vignes réapparaissent à Saint-Malo ! Une grande partie de la construction du vignoble qui suivait les fleuves de notre pays (Cf le Rhône) est à mettre au crédit des Romains.

Si un vignoble disparaît, il n’en restera pas moins l’histoire, la culture ou des traces dans les bibliothèques.

Il ne faut pas négliger le rôle des Grecs dans l’histoire de la viticulture. Nos ancêtres les Gaulois ont aussi fait du vin, leur image d’amateurs de bière dût-elle en pâtir ! Il convient en l’occurrence de se pencher sur l’histoire de la France viticole. Il y a donc des histoires vraies à raconter (Cf le story telling dans le marketing), et il faut les mettre à jour et les exploiter pour raconter l’histoire d’un vignoble, son évolution ou sa disparition.

Notre invité aborde des aspects historiques de l’univers des vins.  L’entretien revient sur l’évolution des goûts et des modes qui ont entouré la dégustation des vins. Dans l’Antiquité, on ajoute des épices, aromates, eau de mer dans les vins clairs et légers, qui souffraient du goût de la poix utilisée pour étanchéifier les amphores lors de leur transport. La bouteille, elle, n’apparaît qu’au XVIIIe siècle. Et aujourd’hui, comment déguster un vin ? André Deyrieux nous donne quelques pistes utiles et nuance le propos du vigneron bourguignon, Henri Jayer, « Le vin est fait pour être bu, pas pour être reniflé ». 

La vigne et le vin racontent une épopée éternelle et constituent un véritable continent de connaissances. Du Jura à l’Auvergne, de la Bourgogne à Gaillac, de Bordeaux à Paris, des Canaries à Santorin, en passant par la Champagne, la Terre promise, les vignobles alpins et les sables du Languedoc, voici quelques chapitres qui en 50 jours rivalisent d’histoires à la fois insolites et utiles à satisfaire la soif de comprendre de l’amateur curieux.

Ci-dessous, le texte de la quatrième de couverture de l’essai de notre invité :

« La géologie se déguste-t-elle ? Et la minéralité ? La vigne grimpe-t-elle aux arbres ? Les vignobles sont-ils mortels ? Le créateur de la statue de la Liberté a-t-il célébré la viticulture ? Le vin de Saint Georges remontait-il le Rhône avec Frédéric Mistral ? Le vent fait-il le vin ? Quand buvait-on du champagne ? La vigne a-t-elle ruiné Lamartine ? Faut-il un tonneau pour faire une entrecôte Bercy ? Comment est né le classement de 1855 ? Peut-on fabriquer du raisin ? Le premier acte de la Révolution française est-il lié au vin ? Le chenin soigne-t-il les écorchures ? Doit-on Napoléon à la vigne ? Saint Vincent a-t-il des concurrents ? Le plus célèbre exégète de la Bible était-il vigneron ? Nos ancêtres dégustaient-ils comme nous ? Proust buvait-il trop de porto ? Les paysages font-ils vendre du vin ? Où peut-on voir le torula compniacensis ? Où a-t-on bu du vin pour la première fois en France ? Le vin de Bordeaux est-il un élixir d’amour ? Quelle route emprunter pour revivre l’histoire du vin en Méditerranée ? »

Un entretien enregistré à Vougeot (21) lors de la 13e édition de Livres en Vignes, le samedi 26 septembre 2020.

 535 total views,  8 views today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.