Gérard Calmettes, pour « Kader, Aziz, Aubry, de Vézelay à Bejaïa ».

COUVERTURE Kader, Aziz, Aubry

Né à Paris en 1936, Gérard CALMETTES fait ses premiers pas véritables dans la vie à 50 ans. En effet, la lecture de  » Que ma Joie demeure  » de Jean GIONO lui fait abandonner son confortable statut de cadre dans une multinationale et quitter la banlieue parisienne pour s’installer, avec son épouse, en Bourgogne, dans le village icaunais d’Accolay. Là, il cultive la terre, élève des animaux … et écrit. Une quinzaine d’ouvrages, à ce jour.
Dans  » Kader, Aziz, Aubry… » (Editions de L’Armançon), Gérard CALMETTES revient sur les souvenirs qu’il a gardés de l’Algérie découverte durant 27 mois comme appelé du contingent pour des opérations de maintien de l’ordre ( » une plaie toujours prête à se rouvrir lorsque le vent du Sud fait trembler ma mémoire « ).

Écoutez l’émission :

 

 Le titre du dernier livre de Gérard CALMETTES est constitué de deux prénoms arabes et d’un patronyme : Kader, Aziz, Aubry. Kader et Aziz sont des amis algériens de Gérard CALMETTES. L’auteur a rencontré (Abdel)Kader, auteur d’un livre-hommage à Matisse, au cours d’une résidence d’écriture à la Maison Jules Roy, à Vézelay. Quant au peintre Aziz, c’est lui qui fera connaître le pied noir Emile Aubry à l’écrivain d’Accolay. En effet, figure emblématique de la culture algérienne née à Sétif, premier prix de Rome, Emile Aubry est mort et inhumé dans l’Yonne à Voutenay-sur-Cure.

L'AVEUGLE. » L’Aveugle « , une des plus célèbres peintures d’Emile AUBRY (né à Sétif en Algérie, et mort dans l’Yonne à Voutenay-sur-Cure).

Le dernier livre de Gérard CALMETTES est une façon de revenir sur l’indépendance de l’Algérie, de montrer que l’amitié franco-algérienne peut témoigner de la réconciliation entre un ancien pays conquis et le colonisateur. C’est aussi l’occasion d’évoquer l’exotisme pictural d’Émile Aubry, de revenir sur les origines de la conquête de l’Algérie, et de parler de la langue française, « un butin de guerre » selon Kateb Yacine, écrivain algérien.

Icône CALMETTES.

Autres ouvrages de Gérard CALMETTES : « Un Parisien à la campagne » ( Ed. Hoëbeke, 1996 );  » Verger sauvage  » (Ed. de L’Armançon, 1996 );  » Lamartine, voix de la République  » ( Ed. Armançon, 1998, prix de Culture bourguignonne 1998 );  » Lamartine, la vigne et la maison  » ( Ed. Christian Pirot, 2000, prix de littérature de l’Académie de Mâcon 2000 );  » Jules Roy, le barbare de Vézelay  » ( Ed. Ch. Pirot, 2001 );  » Enrico Macias, Rien que du Bleu  » ( Ed. Ch. Pirot, 2005 );  » Aux bonheurs des Champs  » ( Ed. Michalon, 2006 );  » Berger d’étoiles  » ( Ed. Armançon, 2008 );  » Le Beudat  » ( Ed. Armançon, 2009 );  » Brèves de campagne  » ( Ed. Michalon, 2010 );  » Giono m’a dit  » ( Ed. de L’Armançon, 2012 ).

Et comme chaque semaine, le coup de cœur d’Evelyne LEVALLOIS, de la librairie « L’Autre Monde « , à Avallon. Cette semaine, « Le griffe du chien » de Don Wislow (Points Seuil).

Liens utiles :
vers le site des éditions de L’Armançon : http://www.editions-armancon.fr/index.htm

 1,568 total views,  1 views today

Vous aimerez aussi...

1 Response

  1. Bouchardy dit :

    Monsieur,
    Je viens d’entendre une interview par rapport à votre livre sur l’hermite de Port Royal, il se trouve que dans les années 60, j’étais à Paris et vendais des dessins de tissus à la maison Chanee. J’avais à faire à un Monsieur Calmettes qui me recevait toujours très aimablement. Nous sommes même aller le visiter à Crans Montana en Suisse où il passait ses vacances avec son épouse. Est-ce vous? Ou votre père?
    Dans l’espoir que vous pourrez me renseigner, je vous prie d’agréer Monsieur, mes respectueuses salutations.
    Jean-Michel Bouchardy
    Artiste peintre à Genève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.