Hugo PAVIOT pour son premier roman « Les Oiseaux rares » (Ed. du Seuil).

Pour écouter l’émission :

 

Entretien avec Hugo PAVIOT pour son premier roman, paru au Seuil en janvier 2020, « Les Oiseaux rares« . L’entretien a été enregistré le 28 octobre 2021 alors que l’auteur terminait une résidence d’écriture à la Maison Jules Roy, à Vézelay.

Franco-espagnol, Hugo PAVIOT est né en 1972. Dramaturge et metteur en scène, il est l’auteur d’une dizaine de pièces, récompensées par plusieurs prix littéraires. Il dirige une compagnie de théâtre professionnelle établie en Aquitaine. Il anime de nombreux projets culturels en milieu scolaire, en prison ou auprès de personnes âgées. Il intervient notamment, depuis 2011, au microlycée de Vitry sur Seine. Il est aussi traducteur d’espagnol.

À Vitry-sur-Seine, Sihem, jeune franco-algérienne de 23 ans, fait sa rentrée en première au microlycée, un établissement pour élèves décrocheurs. Elle loge à la résidence autonomie Auguste Blanqui, où elle fait la connaissance d’Emile, dit Zapata, un vieux révolutionnaire de 82 ans. Sihem ne croit pas en une société qui, pense-t-elle, ne lui offre pas d’avenir. Zapata cherche un sens à sa vie qui s’achève.

Hélène, la professeure de français de Sihem, et Rose, la directrice de la résidence, sont les témoins complices de l’amitié naissante entre ces deux écorchés. À l’aube et au crépuscule de leur chemin, ils prendront ensemble leur envol.

Sur l’autre rive de la Méditerranée, en Algérie, Achir rêve lui aussi de changement et de liberté….

 

L’entretien évoque ce qu’est un microlycée, structure dépendant de l’Education nationale.

« La société nous impose de réussir. On est jugé sur notre réussite. Mais à partir de quoi ? Réussite économique, épanouissement personnel, réussite amoureuse ? Ce mot réussir, dans les pays occidentaux riches, est souvent synonyme de réussir socialement, acquérir l’excellence. La société considère que les élèves sont des élèves. Dans un microlycée, on les considère comme des personnes. Leur réussite doit partir de leur personnalité, et non pas de ce que la société voudrait qu’ils deviennent. »

Hugo PAVIOT, à Vézelay, dans les jardins de la Maison Jules Roy ( 28 octobre 2021).

« Mes personnages, dans mon théâtre ou dans mon œuvre romanesque, sont toujours des personnages qui vont vers la lumière, même si c’est un petit point au loin, un petit rayon vert, ils le guettent. Nous avons une culture ambiante de propagande publicitaire, avec toute cette économie autour de livres de bien-être, qui voudrait nous faire croire que la vie est magnifique et heureuse. Et si on n’a pas réussi, c’est qu’on est en dehors de la vie. Or, selon moi, prendre conscience et accepter que la vie est dure, cela la rend moins dure, parce qu’on est alors plus dans un mythe de devoir penser que sa vie est en deçà de ce qu’elle devrait être. »

« Les Oiseaux rares » nous mène en Algérie que connaît l’auteur pour s’y être rendu en compagnie d’une ancienne élève du microlycée de Vitry-sur-Seine, qui ressemble à l’héroïne du roman. « J’avais une image de l’Algérie, je dois le confesser, un peu stéréotypée, encore un peu dans la décennie noire. J’y ai découvert que les deux tiers de la population a moins de 25 ans et que c’est un pays fort accueillant. Sur place, j’ai rencontré plusieurs anges gardiens qui m’ont véhiculé, fait découvrir le pays, à Oran ou à Alger. (…)« 

« Les Oiseaux rares » : un roman lumineux qui montre des humains cabossés ou ayant « poussé de travers » et qui tentent de s’en sortir. Il y a une gravité, mais également de la confiance et de l’espoir. « L’espoir, oui. Pas l’attente. On peut passer sa vie à attendre, et il n’y a rien qui vient. Il y a cette phrase de Antonio Machado qui est vraiment pour moi très importante : « Il n’y a pas de chemin; le chemin se fait en marchant« . Mes personnages sont en mouvement. »

Liens utiles :

Maison Jules Roy, à Vézelay.

Site de la Compagnie de théâtre professionnelle d’Hugo Paviot.

 

 1,065 total views,  2 views today

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.