Sophie LAINE pour « Haïkus-zen et autre poésie sauvage » (Ed. L’Âme du Rasoir).

Entretien avec Sophie LAINÉ pour son recueil « Haïkus-zen et autre poésie sauvage » (Ed. L’Âme du Rasoir). Il s’agit de l’édition de poche d’un futur album illustré, véritable objet d’art numéroté en édition à tirage limité incluant une vingtaine de dessins réalisés à l’encre de Chine par l’auteure, et qui devrait être disponible au cours de l’été 2021.

Pour écouter l’émission :

 

Installée à Saint-Père, au pied de Vézelay (89), Sophie LAINÉ, 43 ans, est artiste peintre et exerce son art sous le pseudonyme de Sola. Paru début mai 2021, « Haïkus-zen et autre poésie sauvage » succède à deux autres publications : «  »On n’est jamais à l’abri de créer une œuvre d’art » (novembre 2018) et « Petite philosophie du style« , toujours disponibles aux éditions L’Âme du Rasoir.

Son nouveau livre est un recueil de haïkus, mais aussi riche de textes, poèmes courts en prose et de réflexions personnelles (sur la création artistique, la beauté, la vie, la mort). Sophie LAINÉ a su faire de son hypersensibilité un atout et un talent qui lui ont permis « d’enlever cette cuirasse invisible qui (la) rend(ait) hermétique à la beauté du monde » surtout dans une société qui incite tout un chacun à être fort et productif. Or « réduire l’humain à une main-d’œuvre est catastrophique« .

Les textes du recueil « se mangent » et souhaitent « désaltérer les soifs de liberté et nourrir certaines réflexions« . Le recueil révèle un profond amour des mots, et illustre une fantaisie langagière : « Sans être à cheval sur les principes, on peut dire que les jeux de mots, c’est mon dada… »

Quant aux haïkus, ils « cache(nt) un véritable trésor humain capable de relever et d’élever en profondeur« . Certains sont clairement datés tel celui que lui a un inspiré un mobile du sculpteur et peintre Calder exposé, durant l’été 2019, au musée Zervos à Vézelay, ou celui que lui a suggéré la plage de Migjorn à Formentera en octobre 2020.  Méditative, la poésie de Sophie LAINÉ puise dans les richesses de la nature qui la régénère, livrant ses beautés à travers un respect émerveillé notamment des oiseaux, et d’un bestiaire varié (chien, cane et canetons, papillon, grillons, grenouilles, abeille, mouches…).

Certains textes évoquent la prière. « La prière n’est pas que l’apanage des religieux. Tout le monde peut prier sans support de texte biblique, ou autres. Prier, c’est une façon de se relier à cette énergie intelligente et bienveillante qui nous dépasse. Pour vous donner un exemple, mon cœur bat dans ma poitrine, mais ce n’est pas moi qui lui demande de battre. Je ne suis pas à l’origine de moi-même. » Mais la religion de l’auteur et artiste demeure la liberté.

Qui est donc ce « pote en ciel » sous la plume de Sophie LAINÉ ?  Un ami de l’au-delà qui veille sur l’artiste et l’empêche d’être seule face à la menace de la mort. Une partie de nous est immortelle : l’âme, tandis que la chair a sa finitude.  « Je n’ai pas peur de mourir, j’ai peur de ne pas exister« .  Dans « Réflexions enfantines sur la mort », isolons cette phrase : « Ça doit être vachement bien d’être mort, parce que personne n’en revient jamais« .

 

« Haïkus-zen et autre poésie sauvage » de Sophie LAINÉ est disponible sur le site marchand de la librairie L’Or des Etoiles (à Vézelay) ou par téléphone au 03 86 33 30 06.

 

 

Liens utiles :

Découvrir les œuvres de Sola.

Petite philosophie du style (Ed. L’Âme du Rasoir).

 

 

Cet entretien a été enregistré, le jeudi 17 juin 2021, dans le parc de l’Hôtel Avallon Vauban, 53 rue de Paris, à Avallon. Nous remercions Christiane et Dominique BARBE, les gérants, pour leur accueil.

 796 total views,  12 views today

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.