Eléna DEÏM pour « Requiem sous la neige » (Nombre 7 éditions).

Entretien avec Éléna DEÏM pour son roman, « Requiem sous la neige » ( Nombre 7 éditions ).

Juillet 2009. Natalia, jeune chilienne de 25 ans, se rend au Brésil, à la compétition de surf de Marésias Beach. Dans l’ hôtel où elle séjourne, elle remarque un séduisant surfeur français, Raphaël. Naît entre les deux jeunes gens une passion amoureuse. Natalia choisit d’aller vivre en France avec Raphaël, dans un cabanon situé dans les calanques non loin de Marseille. Amoureuse, la jeune sud-américaine découvre alors la Provence (le Lubéron et les Alpilles). Hélas, le bonheur ne sera que de trop courte durée, tragiquement brisé.

Natalia doit alors se reconstruire, dépasser les souffrances physiques et surmonter la détresse morale dans un pays nouveau, qui lui est encore peu familier, et, autant que faire se peut, dominer l’agoraphobie qui menace de  l’isoler.

Établie à Salon-de-Provence, la jeune Chilienne, pour rompre avec la solitude, se rend, chaque jeudi, au Club des amis de la poésie, où elle étudie avec bonheur les grands maîtres, et participe, avec enthousiasme, à un atelier d’écriture très stimulant. Natalia, non seulement est séduite par la découverte des poètes romantiques, et le défi de l’écriture en alexandrins, mais encore troublée par un homme de 42 ans, charmant, subtil et érudit, Maxime, professeur d’histoire de l’art, marié depuis six ans, et dont la relation est à bout de souffle, en raison de « l’autorité malsaine et manipulatrice » de sa femme, Camille, castratrice et odieuse avec lui.

Le roman de Éléna DEÏM nous offre, (aux côtés de Natalia et Maxime), un délicieux et sensuel parcours  dans les Alpilles et nous invite à explorer une Provence si rédemptrice pour l’héroïne : l’Isle-sur-la-Sorgue, le château d’Oppède, le château de Lacoste (celui du marquis de Sade), la ferme de monsieur Seguin, et la tombe du Nobel de littérature 1957, Albert Camus, à Lourmarin.

Natalia parviendra-t-elle à estomper le souvenir de Raphaël et à se reconstruire, après le drame qui l’a terrassée ? Maxime sera-t-il suffisamment courageux pour accompagner Natalia dans une nouvelle vie commune ?

 

Pour écouter l’émission

 

 

L’AUTEUR

Pour l’état civil, elle est Véronique VERGÈS. Mais, pour le monde de l’édition, elle s’appelle désormais Éléna DEÏM, anagramme de Madeleine, sa grand-mère, devenu son pseudonyme littéraire, à travers lequel elle a souhaité lui rendre un vibrant hommage.

Après deux romans (« Un métro d’avance », en 2009, et « La Parure de turquoise », en 2011), Éléna DEÏM, originaire de la région parisienne où elle résida durant quarante ans, choisit ensuite de s’installer dans les Alpilles où elle a créé une maison d’hôtes, mais aussi une maison d’édition associative (qui publia, entre autres, Grace de Capitani). Aujourd’hui retraitée, elle s’est établie dans l’Yonne, dans un village non loin de Saint-Florentin, avec Philippe, son compagnon et complice.

Actuellement en cours d’écriture, son prochain roman investira le milieu de la haute couture et du golf. Éléna DEÏM, prépare pour les éditions Nombre 7, un recueil de poésie, « La petite fille aux rubans rouges », qui doit éclore, sur le papier, au printemps prochain.

Cette émission a été enregistrée à Avallon, le 11 février 2021. Nous remercions les gérants, Christiane et Dominique Barbe, d’avoir mis à notre disposition la salle de réunion de l’Hôtel Avallon Vauban et d’avoir permis l’enregistrement de cet échange.

 

 

 

 

 896 total views,  6 views today

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.