Pierre-Jean CARDONA pour « 38, rue de Constantine » (The bookEdition).

Entretien avec Pierre-Jean CARDONA, pour « 38, rue de Constantine » (The BookEdition).

Pour écouter l’émission 

 

« Aéroport de Maison-Blanche. J’embrasse mon père et dis au revoir au chauffeur. Je m’avance dans les couloirs de l’aérogare avec les autres passagers, sors sur le tarmac et me dirige vers l’avion. Je monte la passerelle et m’installe dans le DC4 qui décolle un peu plus tard. Je ne le sais pas encore : je quitte ce pays pour la dernière fois. Je comprendrai plus tard alors pourquoi mon père tenait à garder quelques souvenirs photographiques. »

Ils on été des centaines de milliers à devoir quitter subitement l’Algérie. Pour chacun, ce fut une histoire personnelle, mais pour tous, ce fut un déchirement. Adolescent en 1961, l’auteur retrace quelques épisodes familiaux, dans la banlieue d’Alger, dans une famille « de gauche ».

Aujourd’hui à la retraire, Pierre-Jean CARDONA a 70 ans (né en avril 1947). Arrivé dans l’Yonne en 1969, il n’en est plus reparti ! Il a débuté sa carrière en Puisaye (Yonne) puis, après un petit passage à Saint-Julien-du-Sault, sa famille s’est installée à Sens où son épouse et lui étaient directeurs d’écoles de ZEP. Durant les dernières années d’activités, il cumula un poste de direction avec celui de chargé de mission en pédagogie des sciences auprès de l’inspecteur d’Académie. Il réside aujourd’hui à Saint-Clément, non loin de Sens.

Lien utile :

Blog de l’auteur

Cet entretien a été enregistré à l’Hôtel Vauban, 53 rue de Paris, à Avallon, le 16 décembre 2017. Nous remercions Christiane et Dominique BARBE pour leur accueil et la mise à disposition de leur salon.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *