« Être maire en 1914 », journal intime de Mathieu TAMET, maire d’Avallon (1912-1919) par Marie-Laure LAS VERGNAS et Jean-Pierre PERRIOT.

En 1998, Marie-Laure LAS VERGNAS retrouve les journaux intimes de son arrière-grand-père, Mathieu TAMET qui fut maire d’Avallon (Yonne) de mai 1912 à 1919.

 

 

Ce riche journal (37 cahiers d’école, 4832 pages rédigées de janvier 1910 au 12 novembre 1934) offre un précieux témoignage sur la Grande Guerre à Avallon et ses environs.

portrait-mathieu-tamet

Mathieu TAMET (1858-1936) n’est pas né à Avallon, mais à Saint-Etienne. Il a passé les 40 dernières années de sa vie à Avallon et y a joué un rôle notable en tant qu’homme politique, en tant que maire durant la Première guerre mondiale, mais aussi comme responsable du placement des enfants assistés de la Seine dans le sud du département de l’Yonne.

etre-maire-a-avallon-en-1914-couverture

 Il est élu maire d’Avallon en mai 1912. Aux élections suivantes de 1919, il est réélu conseiller municipal, mais refuse d’accepter le poste de maire sans rémunération. Il ne sera pas réélu en 1925. Il meurt le 6 octobre 1936. Il repose au cimetière d’Avallon dans la tombe familiale.

En 2014, Marie-Laure LAS VERGNAS fait paraître « Être maire en 1914« , avec une présentation de Jean-Pierre PERRIOT, titulaire d’un D.E.S d’histoire de la Sorbonne. (Couverture du livre ci-dessus).

Marie-Laure LAS VERGNAS et Jean-Pierre PERRIOT évoquent de quelle manière, maire d’Avallon, Mathieu TAMET traverse la Grande Guerre. Les deux invités expliquent comment la marche à la guerre est perçue, reviennent sur les premiers morts (notamment celle du caporal Lallet décédé à l’hôpital de la Croix-Rouge d’Avallon. Ses obsèques furent suivies par des milliers d’Avallonnais, le 11 septembre 1914, comme le confirme le cliché ci-dessous).

lallet_10sept19148

L’entretien aborde le quotidien des Avallonnais entre cherté de la vie, rationnement et réquisitions en tous genres. Située à 150 km du front, Avallon accueillera de nombreux blessés dans ses trois hôpitaux. Il est intéressant d’apprendre que des exercices étaient menés pour déjouer une éventuelle attaque de zeppelins, et que de nombreux réfugiés furent logés en ville et dans les villages alentours. Des prisonniers allemands seront même placés dans un camp, aux Châtelaines, à proximité de la ville.

hopital14-juillet1915

Ci-dessus, Mathieu TAMET (debout, 1er à gauche) au repas des « poilus » en traitement à l’hôpital civil d’Avallon.

L’ouvrage de Marie-Laure LAS VERGNAS est en vente à la librairie L’Autre Monde, à Avallon, mais peut aussi être commandé via le site internet dont le lien figure ci-dessous. Signalons, parue en 2012, une « Histoire de l’Agence d’Avallon des enfants assistés de la Seine » (Ed. Publibook ) toujours sous la plume de Marie-Laure LAS VERGNAS.

Jean-Pierre PERRIOT est, lui, l’auteur de « Il faudra survivre. Lettres de postiers bourguignons datant de la Seconde Guerre mondiale ».

Site à consulter :

http://www.mathieu-tamet.com/

 3,204 total views,  1 views today

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.