Jean-Marc AUBERT, « L’insecte et le jardinier » (Ed. de l’Arbre Vengeur).

Entretien avec Jean-Marc AUBERT pour son recueil de nouvelles, « L’insecte et le jardinier » (Ed. de l’Arbre Vengeur).

Pour écouter l’émission 

 

« Je me suis simplement penché sur l’herbe des prés, je me suis arrêté près du mur de pierres sèches du jardin, j’ai sauté les branchages et j’ai essayé de limiter ma pensée et mon vocabulaire à quelques mots, ne m’intéressant plus qu’aux sensations primitives issues de la faim, de la nécessité de tuer, de se reproduire. J’ai pris en compte le soleil qui chauffe les pierres et la pluie qui fait fuir dans les endroits sombres et secrets. »

Successivement mante religieuse, scarabée égyptien, capricorne bavard ou assemblée de cloportes, Jean-Marc AUBERT a pris, dans ce court livre aux frontières du minuscule, le parti de se raconter en se faisant insecte. Une manière pour lui de demander pourquoi les jardiniers détruisent plus souvent qu’ils ne les aiment les petites bêtes. Et parfois les enfants.

Jean-Marc AUBERT est né à Nice en 1951. Il habite Amiens. Auteur de plusieurs romans et de recueils de nouvelles, son premier texte est édité en 1982 chez Albin Michel : « Aménagements successifs d’un jardin, à C., en Bourgogne« , réédité chez l’Arbre Vengeur en 2005. Mentionnons d’autres de ses romans : « Argumentation de Linès-Fellow« , « La Cathédrale de glaise« , « Bambous« , « Kurtz« , « Cigarettes please« , et cette année « L’insecte et le jardinier » (Ed. de l’Arbre Vengeur).

 315 total views,  2 views today

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.